04 Les camemberts

2 min 07 s

Toute une armée de camemberts
La nuit me déclarent la guerre,

Ils ont un drôle d’air, de drôles de manières,
Si tu n’me crois pas tant pis pour toi.

Ils ont les mains comme des fourchettes,
Les jambes comme des allumettes,
Un nez en trompette, une crête sur la tête,
Si tu n’me crois pas tant pis pour toi.

Ils quittent leur maison de carton
Pour venir sur mon édredon,
Ils m’chatouillent les pieds,
Ils me grattent le nez,
Si tu n’me crois pas tant pis pour toi.

Ils ont des casques en pâte à modeler,
Des épées en papier mâché,
Ils tirent le canon avec des bonbons
Si tu n’me crois pas tant pis pour toi.

Toute la nuit, ils jouent aux soldats
Sur mon lit, ils ne se gênent pas,
Et ils tirent mes draps, j’aime pas du tout ça
Si tu n’me crois pas tant pis pour toi.

Un jour moi j’en ai eu assez
De ces camemberts enragés
Je me suis levé, j’les ai tous mangés
Si tu n’me crois pas tant pis pour toi.

Texte et musique : P. Steinhoff
Claviers, percussions : P. Pernet

Les commentaires sont fermés.